Mot de passe oublié ?
BULLETINS
COMPTES-RENDUS CA
FICHE ADHESION
août 2017
LMMJVSD
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
45678910
aujourd'hui
Formation
Conseil d'administration
Commission
Evènement
Accueil > Politique générale
Politique générale
LA POLITIQUE DU SYNADIC

Texte soumis à l’Assemblée Générale des 12 et 13 mars 2003
Les modifications proposées par cette Assemblée Générale ont été
validées par le Conseil d’Administration le 18 août 2003

PREAMBULE

Notre action associative :
s’inscrit dans une histoire et dans un projet éducatif chrétien qui se réfère aux valeurs évangéliques,
s’alimente sans cesse de la connaissance de multiples réalités,
s’inspire de la recherche du bien commun,
se construit dans une démarche prospective.

Pour éviter de traiter les problèmes qui se posent dans le seul court terme, il convient de se donner des lignes directrices réalisant autant que faire se peut la synergie nécessaire entre le possible et le souhaitable.

C’est l’objectif premier de ce document rédigé par le Conseil d’Administration. Des bilans d’étape seront établis périodiquement, notamment aux assemblées générales. Il faut donc considérer ce texte comme un contrat que vos mandants se donnent à eux-mêmes en réponse à vos attentes et à vos besoins.

Sa rédaction et sa publication portent à la connaissance de tous les acteurs les axes prioritaires de l'association. De ce fait, son travail se fera dans la transparence.

Ce document définit la politique que le Synadic entend suivre.


AU PLAN ASSOCIATIF

Quel chef d’établissement ?

1.- Une conception du métier
Le chef d’établissement, conformément au Statut, a la charge éducative, pédagogique, administrative, financière et matérielle de l’établissement.
Il est aussi un facilitateur de relations, un animateur pédagogique et éducatif, investi d’une mission pastorale et gestionnaire responsable. Il est nécessaire de maintenir un équilibre entre ces différentes responsabilités, ni chef d’entreprise, ni super professeur. Le chef d’établissement est avant tout une personne avec ses limites qui a aussi besoin de la compréhension et de l’accompagnement de sa tutelle pour garder son équilibre et gérer son établissement dans la sérénité.

2.- Les conditions pour mener à bien sa mission :

Une formation préalable indispensable et une nécessaire formation continuée  qui doivent trouver un juste équilibre entre l’expérience des pairs, les visées institutionnelles et les apports d’autres milieux professionnels,

Un recrutement, une nomination, des conditions matérielles permettant la  mobilité basés sur la transparence,

Un état des lieux, fourni par la Tutelle, avant la prise de fonction,

Une juste reconnaissance en ce qui concerne la carrière : prévoyance, protection sociale, fin de carrière (IDR, CPA …).

3.- La défense de la personne

Avant toute mise en cause du chef d’établissement, une analyse objective de la situation doit être effectuée.

Le chef d’établissement a droit et même le devoir d’exposer sa version des faits, en étant accompagné par un de ses pairs.

Même maladroit, non clairvoyant ou fautif, un chef d’établissement reste une personne qui doit être traitée dignement, suivant les principes évangéliques qui sont à la source de notre existence.


DANS LE DOMAINE INSTITUTIONNEL


Le Synadic est un partenaire de l’Enseignement Catholique. Il est dans l’Institution tout en conservant sa liberté d’analyse, d’appréciation et de propositions.

1.- Conserver l’esprit de fondation en tenant compte des évolutions nécessaires

Maintien du maillage le plus vaste possible, mais aussi ajustements des implantations d’établissements en fonction des conditions locales et des mouvements de population.

Politique de nouvelles implantations et de fermetures dans une prospective relevant des CODIEC et associant tous les acteurs.

2.- Des établissements avec des dirigeants de plein exercice

Pour éviter toute ambiguïté, l’Institution doit définir clairement les termes :
Groupe scolaire
Ensemble scolaire
Réseau d’établissements
ainsi que les missions et le rôle de ceux qui en ont la responsabilité

Le
Synadic entend apporter sa contribution à cette nécessaire clarification.

La logique économique n’est pas la seule à prendre en compte.

Les restructurations doivent être travaillées en amont et dans la transparence la plus complète en y associant tous les acteurs, y compris les personnels.

Si malgré la recherche d’autres solutions, un regroupement s’impose, la suppression de postes de chefs d’établissement de plein exercice pour les remplacer par des relais au statut mal défini est inacceptable. Les équipes sont ainsi privées du seul responsable mandaté, capable sur le terrain :
de prendre les décisions qui s’imposent,
d’animer et de fédérer une équipe,
d’accueillir tous les partenaires de la communauté éducative

Il est donc indispensable de définir un statut de directeur adjoint ou d’adjoint de direction, et les modalités de sa formation.


DANS LE DOMAINE  DES RELATIONS AVEC L’ETAT
ET LES  COLLECTIVITES TERRITORIALES


Les évolutions du système éducatif dans son ensemble, les nombreux dossiers en cours, rendent de plus en plus évidente la nécessaire adaptation des lois qui nous régissent (loi Falloux, loi Debré, loi Astier, etc …). Le conseil d’administration du Synadic se fixe comme priorités l’avancement des dossiers suivants :

modalités d’association au service public d’enseignement :
mise en œuvre d’une réelle parité avec un élève de l’enseignement public :
1. transparence totale du coût d’un élève de l’enseignement public pour l’attribution du forfait d’externat
2. forfait d’internat identique
reconnaissance par l’état français du chef d’établissement secondaire sous contrat d’association,
aménagement des conditions de départ en retraite d’un chef d’établissement (CPA par exemple),
statut du maître : sortir de l’ambiguïté droit public, droit privé

disparités entre les départements et régions du fait de la déconcentration :
dans le domaine économique : faire en sorte que le principe d’égalité soit respecté (restauration, sécurité,  immobilier …),
dans le domaine éducation nationale : éviter les interprétations divergentes des textes réglementaires.


DANS LE DOMAINE PEDAGOGIQUE ET EDUCATIF


Le bien de l’élève et de toute la communauté éducative doit guider notre analyse, nos critiques et nos propositions :

Ouvrir le chemin de l’innovation pédagogique et éducative qui est toujours au départ de l’ordre de la « désobéissance réussie », en retrouvant ainsi l’esprit des fondateurs. Cela nous amène à promouvoir avec l’aide de nos collègues un partage systématique et continu d’expériences. Pour ce faire, le chef d’établissement doit veiller à sa formation continue.

Travailler avec les enseignants les dispositifs qui découlent des évolutions.

Outiller véritablement les équipes et les établissements pour que la formation constitue un levier au changement.

Développer les habitudes de projets et de bilans partiels et terminaux afin d’être en mesure d’analyser de façon pertinente ses propres pratiques, conditions nécessaires aux recadrages.

Travailler tous les projets dans le domaine des investissements matériels et immobiliers en mettant au centre les considérations pédagogiques et éducatives.

La prise en compte des remarques de la communauté éducative et son association au travail en amont et en aval procèdent d’une volonté d’associer et non  de contraindre. Si le bien de l’élève est premier, rien ne peut se faire de durable sans le concours des enseignants. L’adhésion des équipes et au-delà des individus peut seule conduire à de véritables évolutions du système éducatif. Le bien des élèves doit aussi être celui des enseignants et de tous les personnels de nos établissements.


DANS LE DOMAINE SOCIAL


Adhérent au Synadic, notre responsabilité de chef d’établissement de l’enseignement catholique nous conduit à :

une attention toute particulière aux personnels se situant dans les catégories les plus basses des grilles de rémunération,
une incitation à la formation pour une progression professionnelle,
une volonté affichée dans les négociations de rechercher le bien de l’ensemble et non la satisfaction d’intérêts particuliers.

Dans le cas où une avancée sociale pourrait poser problème aux petits établissements, compte tenu de leurs possibilités financières, le Synadic préconise la mise en place d’un système de péréquation visant à l’équité entre les établissements.



Liens utilesInfosSynadic ©2011
Mentions légales
SYNADIC, 2/4, rue Chaintron
92120 MONTROUGE
T. : 01 55 48 04 57
F. : 01 55 48 04 58
contact@synadic.fr